lundi 10 février 2014

J'aurais voulu être un yogi...

J'ai une nouvelle lubie : je veux faire du yoga !

Mais attention, pas du yoga de mamie dans un gymnase municipal, sur un tapis qui pue des pieds hein !
Nan, moi je veux faire du super yoga de bonnasse qui fait sa salutation au soleil dans son appartement blanc et design tous les matins, avant de boire un smoothie healthy et de manger du granola maison avec des graines tibétaines pour son petit-déj.

Tu situes le cliché ?

ça m'est venu il y a quelques mois.

Je cherchais une vidéo de stretching pour faire des étirements, et je suis tombée là dessus, LE CHOC !


Une vidéo vue 6 millions de fois !

Cette incroyable et magnifique yogi s'appelle Briohny Smyth.
Née en Australie, sa famille est retournée en Thaïlande - pays de sa mère - lorsqu'elle était encore enfant. Son physique métissé lui a permis d'y devenir mannequin, puis popstar.
Une célébrité pas très bien vécue puisque Briohny alterne les période d'anorexie et de boulimie.
Après une ultime hospitalisation pour un grave ulcère de l'estomac, elle décide de tout faire pour se "réapproprier" et se réconcilier avec son corps.

Elle découvre le Yoga et part le pratiquer de façon intense dans un ashram au Népal comme toute bonne bobo qui se respecte.
Et même lorsqu'elle rentre retrouver une vie "normale" avec un boulot et des factures à payer, elle continue de pratiquer chaque jour.
Et puis finalement, comme elle est vraiment super balèze et super bonnasse, elle devient coach de Yoga en Californie et épouse un très joli yogi.

Elle est pas belle mon histoire ?

Et puis depuis quelques mois, le Yoga c'est devenue LE sport à la mode chez tout le monde et particulièrement chez les jolies filles saines.

Tara Stiles, un mannequin QUI SOURIE (délire) et qui sait faire la posture du Cormoran croate (si, si), devient égérie Reebok.


La femme d'Alex Baldwin publie chaque jour sur son compte Instagram une photo rigolote où elle fait du yoga dans la rue, sur la table de salle-à-manger ou dans le bus.


Du coup, Gisèle Bundchen et Naomi Campbell s'y mettent aussi...


Alors pourquoi pas moi ???

Après des années de danse et de sport, je suis restée assez souple, je me suis un peu affinée dernièrement (en faisant moins de sport justement, ce qui est assez drôle...) et il y a quelques décennies années, j'arrivais encore à faire la roue, le poirier et autres galipettes...

Bon, du coup, je me suis renseignée pour faire du yoga à Lyon et :
- Soit ça coûte une blinde,
- Soit le nom de la prof (Paulette) sent le cours de Mamie en caleçon Damart que jamais tu n'apprendras à faire les acrobaties de Briohny...
- Soit le site internet de l'école de yoga avec ses couleurs psychédéliques et son prof "Maître Krishna Devandra" (in the Sky with diamonds ?) crâne rasé en toge orange, t'effraies un peu parce que là, tout, de suite, maintenant tu ne te sens pas d'entrer dans une secte et d'ouvrir tellement grand les chakras que tu pourrais éventuellement devenir la 17ème femme du maître...

Du coup, en désespoir de cause, je me suis mise au cours de "Bodybalance" proposée dans ma salle de sport (Inpulse à Gerland).

Le bodybalance c'est pas du vrai Yoga mais ça se veut être est un mélange de Yoga, de Tai-Chi et de Pilates.
Le tout à la bonne vieille sauce néozélandaise Les Mills (cours chorégraphiés sur musique, renouvelés tous les trois mois).

ça me plait pas mal mais j'ai bien du mal à "tenir" les positions en équilibre.


Tu vois la dame du milieu, qu'elle a justement une tête à s'appeler Paulette ? Ben j'arrive pas bien à faire la  même chose plus de 4 secondes... (le prof voudrait qu'on tienne au moins 20 secondes !!!)


Donc autant te dire que pour l'enchaînement de postures de Briohny au petit matin avant le smoothie healthy, pour l'instant, j'en reste à vaguement m'étirer au fond de mon lit avant de m'avaler un bol de Jordan's au chocolat !

En attendant, je me marre en regardant cette fabuleuse parodie.




Et toi le Yoga, ça te fait envie ?


jeudi 23 janvier 2014

La recette pour grog ancestral pour homme malade


Recette ancestrale de mon grog

(qui n'a pas beaucoup d'effets sur la grippe + bronchite, je préfère vous prévenir) :


  • 3 citrons bio (car on garde la peau) coupés en rondelles,
  • 1 gros bouquet de thym frais que j'entoure bien de ficelle,
  • Beaucoup de miel.
Je mets tous ces ingrédients tels quels dans une petite marmite.
J'ajoute un peu d'eau (quitte à en ajouter au fur et à mesure qu'elle s'évapore...) et je fais mijoter à feu très doux longtemps longtemps longtemps pour que les citrons et le thym dégagent leurs actifs dans l'eau.

Au moment de servir, je mets du thé aux agrumes dans le filtre et j'ajoute un demi bouchon de rhum par grog.



Si vous avez un homme malade vraiment pénible, vous pouvez très bien boire aussi ce grog (le thym et le citron sont de super antiseptiques, ils vous protégeront peut-être des vilains microbes ?) et mettre double dose de rhum discretos...

Hips !

Enjoy le grog et enjoy les hommes malades !


mardi 21 janvier 2014

Le fail de la semaine #3 : l'homme malade...

Les filles, vous connaissez l'homme malade ?

Au moindre début de toux, au commencement du nez qui coule ou au mal de tête, ça s'allonge dans le canapé en poussant des petits gémissements et ça mange des dolipranes par tablettes...

L'homme malade est mourant.
Il ne peut plus se déplacer, il ne peut plus rien faire, il est MALADEUH, complètement maladeuh !

Je dis l'homme mais vous l'avez toutes reconnu hein, c'est le vôtre, c'est votre mec, votre mari, votre chef, votre frère, votre ex...

Pendant ce temps, nous les nanas, on continue d'assurer : on va au taf avec une bonne réserve de kleenex et on continue de faire les courses et de réchauffer les plats Picard, non ?

Alors bon,  quand mon amoureux a commencé à se plaindre qu'il avait de la fièvre et qu'il avait mal à la gorge, je lui ai dit "T'inquiète, c'est juste un rhume ! Je vais te faire un grog et hop hop hop, dans trois jours ça ira mieux !", histoire de ne pas trop le conforter dans son statut de grand mourant...

Bon, 3 jours après, il avait encore de la fièvre, cloué au lit, complètement aphone, le nez bouché par dessus tout : le top du top de l'homme malade !

Diagnostic du médecin (que je lui avais déconseillé d'aller voir "ça sert à rien, tu vas aller chez le médecin pour un rhume, il va te prescrire du doliprane et te dire que ça va passer...") :
grippe + bronchite.
Et une jolie ordonnance pour des antibiotiques.

Bon, bah finalement, celui là, quand il est malade, il fait pas semblant...
Et moi de passer pour une tortionnaire !


Mon grog maison !

vendredi 3 janvier 2014

Très belle année 2014 !

Vous n'y échapperez pas, je ne voudrais pas passer pour la pire des ingrates des blogueuses lyonnaises (les rumeurs vont si vite à Lyon...).

Après la transplantation du foie annuelle - nécessaire après les fêtes de fin d'année -, je viens donc dépoussiérer ce blog pour vous souhaiter une très belle année 2014 !!!

En 2013, j'ai encore l'impression d'avoir vécu un condensé d'événements et d'émotions.

J'ai consolidé des relations incroyables : avec mon amoureux tout d'abord, avec mes amis ensuite et puis j'ai moins écrit ici pour être plus active sur LyonCityCrunch parce que l'aventure bloguesque, c'est beaucoup plus sympa et fun à plusieurs !

J'ai eu beaucoup de visites suite à mes articles sur Diane 35, mon pytiriasis de Gibert et mon intolérance au lactose. Si Doctissimo cherche un Community Manager, qu'il n'hésite pas à me contacter :-).
Même si ces articles m'ont permis d'être citée sur Rue89 et dans le Journal de la Santé, j'espère sincèrement que j'aurais moins de soucis de santé en 2014 !

J'ai pu mettre en place quelques partenariats aussi. Un travail intéressant qui me change de mon quotidien. J'espère pouvoir en développer de nouveaux de qualité cette année, sans pour autant devenir une vilaine crevarde ! :-)

Allez, pour clôturer 2013 comme il se doit, voici une petite sélection de mon année 2013 en photos.


En 2013, j'ai (un peu) voyagé.

Moins loin, moins longtemps que mes précédents voyages à la super-roots dans des contrées exotiques comme j'ai pu le faire dans mon ancienne vie.

Mais avec plus de confort et plus de temps à flâner, ces échappées ont eu une saveur bien agréable...

Road trip cet été : en Croatie via l'Italie.

Route du Mont-Cenis

Rijeka



Vérone

Bergame



Un week-end à Marseille la douce...


Le Vieux-Port
La Cité Radieuse
Des week-end par ci, par là...

Près du lac de Serre-Ponçon
Les dimanche dans le Beaujolais

En 2013 : je suis montée sur des skis pour la première fois de ma vie !

Des retours dans le Nord forcément, la petite placg de Wissant que j'aime par dessus tout.

En 2013 j'ai cuisiné un peu...




En 2013, j'ai fait du sport aussi ! 

Ifight toutes les semaines !

 En 2013, j'ai suivi l'avancée de la pose d'un pont, les travaux d'un musée et d'un bâtiment d'une architecte que j'aime beaucoup. C'est beau une ville qui se construit !

Pont Raymond Barre enfin en place !
Le Musée des Confluences avance, avance...

Siège de GL Events par Odile Decq

En 2013, à Lyon, j'ai encore fait la gourmande... 

J'adore cet endroit :-) 
Une soirée chez Sébastien Bouillet, ça ne se refuse pas !

Enjoy 2014 !

lundi 16 décembre 2013

Mon carnet de voyage et mes endroits préférés à Lyon


Il y a de cela quelques mois, avec mes copains de Lyoncitycrunch et pleins d'autres blogueurs lyonnais, on avait joué à "5 choses que j'aime à Lyon".

Dans la même veine de projet, y a quelques temps, j'ai été contactée par le fondateur du site beglob, un site très sympa mettant en ligne des carnets de voyages et des bonnes adresses, pour créer un carnet de voyage à Lyon, partagé sur le site d'accorhotel.com, sur la page concernant les hôtels à Lyon.

L'idée : partager mes coups de coeur ou mes incontournables lyonnais avec quelques lignes et quelques photos à l'appui. 

Autant vous dire que j'ai trouvé le projet sympa.


Dedans, je parle du Parc de la Tête d'Or et de ses ours, de mon quartier bizarre en construction, de la place des célestins et de ses magnolias en fleurs au printemps, du Monkey-Club que j'adore mais que je ne fréquente finalement pas assez, et des halles dans lesquelles je pourrais dépenser un smic en mets divers et variés.

Et je suis plutôt fière d'avoir été choisie pour représenter dignement notre ville des lumières !

Quelques photos extraites de ce carnet :











Avez-vous reconnu tous les lieux ?

C'est un travail qui m'a beaucoup plu et que je voulais partager !

mardi 15 octobre 2013

Une histoire de lait... et de bière : mon intolérance au lactose.


Laissez moi vous conter une histoire…


L’histoire d’une petite fille qui, vers l’âge de 5 ans, du jour au lendemain, s’est mise à refuser de manger le fromage et de boire le lait qu’elle affectionnait tant…
Après avoir essayé par tous les moyens de lui faire passer ce caprice à cette salle gosse, les parents de la petite fille ont usé un tas de stratagèmes pour qu’elle puisse avaler quotidiennement, le calcium nécéssaire à sa bonne croissance : lait chocolaté, lait aux fraises mixées, soupe de courgette à la vache kiri, gruyère planqué dans la purée… 

De nombreuses recettes ont ainsi été brevetées par la maman inquiète.

Au début, la petite fille avalait sans trop rechigner et puis au fur et à mesure des années, son goût s’est développé et, sentant le goût du fromage malgré l’ingéniosité déployée, refusait systématiquement de finir ses assiettes.

Et puis, les parents indignes ont eu une autre petite fille et n’avaient plus que ça à foutre, donc tant que la morveuse mangeait un petit filou de temps en temps, ils la laissaient tranquille…

Des années plus tard, la petite fille devenue une grande “adulte” d’1,77 m pour une pointure presque 42 (imaginez le monstre que ça aurait pû être si elle avait avalé un verre de lait quotidien en plus…) continuait d’emmerder le monde en commandant des hot-dogs sans fromage au Gonzo et en mangeant des patates sans fromage lors des soirées raclette (un poëlon de plus pour les autres !).
Dieu merci, elle mangeait quand même des yaourts, faut pas déconner !


Sauf qu’un jour elle s’est mise à avoir des maux de ventre horribles. Le genre de maux de ventre qui vous retourne les tripes, vous force à vous allonger en position foëtale et vous empêche de dormir.

De temps en temps. Et puis régulièrement. Et constamment.

Elle a d’abord crû à une intolérance au gluten. Les maux de ventre étant généralement assez balèzes après avoir mangé du pain et des féculents ou bu de la bière…

Et a donc arrêté méthodiquement de manger tous les aliments contenant du gluten et avalé du Spasfon par plaquettes entière.

ça allait un peu mieux mais c’était pas vraiment ça…

Finalement, elle qui attend généralement d’être au bord de l’agonie pour consulter un médecin (le “C’est pas grave, ça va passer” étant une de ses répliques favorites !), fini tout de même par prendre rendez-vous chez un généraliste après quelques week-ends gâchés par les maux de ventre.

Celui-ci lui dira “C’est nerveux, c’est le stress, ça va passer !” avant de lui prescrire des tonnes de médicaments et de lui demander un chèque de 26 euros.

Mais c’était toujours pas vraiment ça...



Plus de six mois après donc, elle envisage enfin d’aller consulter un autre médecin généraliste.

Ce médecin là lui a été recommandé par son copain, qui -lui-même- a pas mal morflé niveau soucis de santé… C’est à l’autre bout de Lyon, mais elle y va…

Après lui avoir posé pas mal de question sur sa vie et ses habitudes alimentaires, la gentille médecin lui annonce une merveilleuse nouvelle : “Vous allez pouvoir re-boire de la bière et manger du pain ! (Hallelujah !) Par contre, oubliez les produits laitiers quelques temps et on va voir comment ça se passe...”.

Pour fêter ça, elle a donc mangé un énorme sandwich jambon-beurre, copieusement arrosé d’une Heinekein bien fraîche : un plaisir simple mais absolument jouissif après plus de six mois sans gluten… Et a donc acheté… des yaourts au soja ! 



Et ben ça se passe mieux, vraiment !

Parce que vous avez tous compris (non ?) que la petite fille, c’était moi, je peux vous assurer qu’en plus de ne plus avoir mal au ventre, je récupère petit à petit une énergie “normale” (j’étais toujours crevée), j’ai l’impression d’avoir une plus jolie peau et je dors mieux.

Je suis donc désormais une preuve vivante du “Le lait de vache, passé l’âge adulte, c’est mauvais pour l’organisme”, qui n’est pas seulement qu’une légende de magasin de produits bio (et je vous assure que je n’ai aucune lampe en sel chez moi !).

La morale de cette histoire : la bière c’est la vie écoutez votre organisme, n’obligez pas forcément vos enfants à manger ce qu’ils refusent (bon, dans les limites du raisonnable, on est d’accord que le “régime dissocié uniquement à base de patates et de pâtes” n’est pas non plus super indiqué…).

Et si passés 25 ans, vous avez des problèmes hormonaux, des boutons, des maux de tête ou de ventre, pensez aux produits laitiers, qui ne sont pas forcément vos amis pour la vie contrairement à ce que l’industrie laitière aimerait nous faire croire.



jeudi 3 octobre 2013

Le fail de la semaine #2




Passer un coup de fil qui s’avère plus long que prévu et constater que pendant ce temps, le garçon a préparé le repas.

En 20 min top chrono ! Courgettes non épluchées et brocolis jetés en bouquets directement dans la sauteuse.

Gloups… ?

Ah bah non, c’est juste parfait !

ça fait donc 10 ans que je m’emmerde à éplucher les courgettes et à cuire les brocolis à la vapeur avant de les faire sauter…

Quand je pense que le garçon me dit ne pas savoir cuisiner....


mercredi 2 octobre 2013

Et sinon, faire autant de sport c’est pas un peu égocentré ? Genre “je m’occupe beaucoup de moi” ?



Coucou tout le monde !

ça y est ! J’ai repris le sport, le boulot, les sorties, les expérimentations dans ma cuisine et les articles sur LyonCityCrunch, j'ai même déjà été enrhumée... 
Ne manquait plus que le blog pour que cette reprise après de merveilleuses vacances (road-trip jusqu’en Croatie !) ne soit totalement complète.

Aujourd’hui on va parler rentrée sportive.

Parce que oui, comme je l’expliquais il y a peu sur LyonCityCrunch, on a beau être plein de bonne volonté et de bonnes résolutions, on a souvent l’impression - et d’autant plus quand on est une fille - qu’entre le boulot, les transports, les courses, les taches ménagères diverses et variées (et même quand on a un gentil monsieur qui aide beaucoup à la maison !) et un semblant de vie sociale, il est impossible d’avoir vraiment du temps pour faire du sport.

Après plusieurs réflexions étranges sur mon lieu de travail et ce post sur le blog de Lucile Woodward, j’ai enfin l’impression d’avoir mis le doigt sur le truc qui fait tiquer les gens : le sport, c’est un truc d’égoïste égocentré qui fait rien qu’à se regarder le nombril (ou les muscles !) et qui néglige son boulot, ou sa maison et sa famille.

Rhooooooo.


Alors, quitte à paraphraser un peu ce qui a été écrit sur LCC, je tiens à préciser que le sport, c’est pas forcément courir un semi-marathon 3 fois par semaine sous la pluie pour être beau, mince et musclé.

Dans mon cas, si je résume rapidement, je fais quelques séances de fitness assez fun et une bonne séance de cardio (course ou natation) à la semaine, ça me permet :

- De me redonner de l’énergie. Parce que clairement, passer 12h par jour le cul sur une chaise, ça a tendance à me ramolir (et à m’applatir les fesses) et à entraîner un effet “spirale” : je suis ramolie par le boulot, donc j’ai l’impression d’être fatiguée (car ce n’est qu’une impression !), donc je ne bouge pas, je dors mal…

- De relancer mon métabolisme : brûler quelques calories, augmenter le cardio, transpirer, devenir rouge. Bref : faire fonctionner son corps qui, à la base, n’a pas été conçu pour regarder un écran 8h par jour. C’est bon pour le corps mais aussi pour les artères, les gambettes (circulation sanguine) et la peau (si, si, je vois tout de suite la différence les lendemains de bonne séance de sport !).

- De retrouver un bon sommeil

- D’évacuer le stress et la frustration après une grosse journée de m**de.

Bref : je fais du sport parce que quand j’en fais, je suis en meilleure forme, j’ai plus d’énergie, je dors mieux, je suis plus concentrée et de meilleure humeur.

Quant au temps que ça prend, on va être clair : tout est question d’or-ga-ni-sa-tion.

Certes, j’ai pas d’enfants. Mais dans les faits, avec un garçon toujours prêt à mettre la main à la pâte, ça pourrait très bien se gérer…

- Je prépare mon sac de sport la veille au soir et je le prends avec moi au boulot,

- Si j’ai besoin de faire des courses ou une démarche administrative ou un coup de fil quelconque à passer, je le fais sur mon temps de pause du midi.

- Quand je sors du boulot (rarement avant 18h15, et je bosse à l’extérieur de Lyon, je tiens à le préciser…) je vais direct à la salle de sport ou à la piscine.

- Quand je rentre (rarement avant 20h30 du coup…), il faut que je mange (et que je fasse manger celui qui vient de rentrer de son jogging. Quelle famille !).

Soit on a cuisiné la veille assez de choses pour qu’il ne reste qu’à réchauffer, soit on cuisine rapidement (j’insiste sur le “on”, à 2, ça va beaucoup plus vite !) : quelques pâtes ou du quinoa, riz dans une casserole d’un côté, des oignons, une courgette en rondelles, des tomates dans la sauteuse. Pendant ce temps là, on met un filet de cabillaud dans le four, et hop : en 30 minutes, (pile le temps pour qu’on se relaye à la douche) on a un plat frais et équilibré !

Le temps de prendre la douche, de faire la vaisselle, de ranger un peu et de préparer mes affaires pour le lendemain, on est d’accord, il est déjà 22h00 faciles.

Généralement, je profite des jours “off” pour sortir avec mes amis, aller au ciné ou voir une expo en amoureux…

ça ne laisse pas beaucoup de temps pour :

- Regarder la télé ? On en a pas alors ça ne nous manque pas… Mais la radio est toujours allumée sur France Inter, Europe 1 ou Brume donc on est pas complètement déconnectés du monde pour autant...

- Glander sur le web ? J’y passe déjà trop de temps le soir avant d’aller me coucher et le week-end alors…

- Me faire des gommages, des masques de cheveux et me vernir les ongles de pied ? Certes, je prends ma douche en 10 minutes, je mets un peu de lotion sur un coton et juste une crème hydratante mais aux dernières nouvelles, je suis assez présentable et pas encore trop ridée…

Tout est donc question de priorité sur les activités.


Alors c’est sûr, je n’ai toujours pas vu un seul épisode de Dexter et quand mes potes me parlent des séries qu’ils regardent par épisode à la chaîne, je me sens un peu concon.

Sans parler du magazine people que je feuillette chez le coiffeur (comme tout le monde non ?) et où je ne connais pas la moitié des visages…

Mais ça va, globalement, j’ai pas l’impression d’être plus bête pour autant !


Pitié, arrêtez de penser que les gens qui font du sport plusieurs fois par semaine sont égocentrés et décérébrés ! Trouvez-vous une autre excuse :-)

Et vous, vous avez réussi à reprendre le sport ???





mardi 24 septembre 2013

Carte Wellpas : and the winner is...


Avec les vacances, la reprise, LyonCityCrunch, la flemme, tout ça... j'avais complètement oublié de tirer les rois l'heureux gagnant de la carte Wellpass.

Un petit coup de Random et hop !

C'est donc le commentaire n°1, qui gagne la carte Wellpass.

Merci à tous ceux qui ont joué !


lundi 23 septembre 2013

Le fail de la semaine #1



Me lever lever le matin, filer à la salle de bain et constater que j’ai exactement la même coupe que Nicolas.


Nicolas de “Nicolas et Pimprenelle”.



Ou Liam Gallager, au choix…



Le fait que le garçon m’appelle tendrement “Mon petit ananas” doit avoir un rapport, je pense.



Mon super coiffeur villeurbannais, Marc, m’a lâchement abandonnée en déménageant dans l’Ain (quelle idée !). Depuis, je me cherche, je tatônne.

Enfin, en réalité ce sont surtout les coiffeurs qui tatônnent. J’ai essayé tous les coiffeurs lyonnais “tendance” : Hâr (une catastrophe), Lucie Phan (bien au début et puis...).

Depuis, je laisse donc la nature reprendre ses droits en attendant de trouver LE coiffeur qui sauras reproduire ma coupe adorée jamais reproduite, que depuis Coline a exactement la même (pfff, ces blogueuses mode n’ont donc aucune originalité ?) (d’ici qu’on me dise que j’ai la même coupe qu’elle quand j’aurais retrouvé un coiffeur digne de ce nom…).

Bref, j’ai un problème capillaire.